+86-21-55215627 Ext:805info@yzxthrope.com

Catégorie de produit

Yangzhou Cie., Ltd de corde Xintianhe

Tél: + 86-21-Ext:805 55215627

Fax: + 86-21-Ext:809 55215627

Téléphone :+8615267377440

Courriel :info@yzxthrope.com

Adresse: 1169, Yangshupu Road, District de Yangpu, Shanghai, Chine

Accueil > Nouvelles > Contenu

L'expédition porte ferme à la réduction du CO2 malgré le retrait américain de l'accord de Paris

La décision du président Trump sur le retrait des États-Unis de l'Accord de Paris n'aura aucun impact sur l'engagement de l'industrie maritime à réduire ses émissions de CO2, la Chambre internationale d'expédition (ICS) indiquera aujourd'hui lors de la Conférence océanienne des Nations Unies qui se tiendra à New York du 5 au 9 juin.

S'exprimant lors d'une session sur la prévention de l'acidification des océans, l'ICS présentera certains objectifs sur la réduction des émissions de CO2 que l'industrie souhaite que l'Organisation maritime internationale (OMI) adopte pour le compte du secteur maritime international. Selon l'ICS, ces objectifs devraient être adoptés de la même manière que les gouvernements en vertu de l'Accord de Paris ont adopté des engagements de réduction des émissions de CO2 au nom de leurs économies nationales.

L'industrie a proposé que l'OMI accepte un objectif consistant à maintenir les émissions totales de CO2 du secteur de l'expédition en dessous des niveaux de 2008, puis à réduire les émissions annuelles totales de CO2 du secteur d'ici 2050 d'un pourcentage à convenir par l'OMI.

Cela s'ajoute à un engagement actuel de l'industrie à réduire les émissions de CO2 par tonne de fret d'un kilomètre de 50% d'ici 2050 par rapport à 2008.

"L'expédition, en raison de sa grande taille, est actuellement responsable d'environ 2,2% des émissions anthropiques annuelles de CO2. Selon l'OMI, les transports maritimes ont réduit leurs émissions totales de CO2 de plus de 13% entre 2008 et 2012, malgré l'augmentation du commerce maritime, mais on peut penser que l'expédition, dont les émissions ne peuvent être attribuées à des pays individuels, aurait peut-être échappé Accord de Paris ", Simon Bennett, directeur de la politique de l'ICS , expliquera aux gouvernements du monde qui assistent à la conférence.

L'industrie maritime a présenté ces propositions à la prochaine session du Comité de la protection de l'environnement marin de l'OMI, qui se réunit à Londres fin juin.

Dans trois semaines à Londres, l'OMI ouvrira la première d'une série de réunions pour élaborer une stratégie visant à réduire davantage le CO2 des navires afin de faire correspondre l'ambition de l'Accord de Paris.

Au cours de la Conférence des Nations Unies sur l'océan, l'ICS met l'accent sur le fait que l'expédition a une performance environnementale impressionnante et est un moteur de «croissance verte». En plus de la réduction du CO2, l'industrie s'est engagée à mettre en œuvre en 2020 le plafond mondial de la teneur en soufre du carburant marin, à un coût collectif anticipé d'environ 100 milliards de dollars par an.

ICS appuiera également pour que les régulateurs gouvernementaux accordent une priorité égale à chacun des trois piliers du développement durable identifiés par l'ONU - économique, social et environnemental.

ICS fait valoir que la compréhension de l'importance des facteurs économiques dans la réalisation du développement durable est particulièrement importante compte tenu du rôle de l'expédition dans la propagation continue de la prospérité mondiale et le mouvement d'environ 90% du commerce des biens, de l'énergie et des matières premières.

S'exprimant lors d'un événement parallèle de l'OMI à l'ONU à New York, Bennett a expliqué:

"L'industrie de l'expédition s'engage à fournir d'autres améliorations environnementales dans l'intérêt du développement durable. Mais le développement durable nécessite également une industrie maritime internationale qui soit économiquement viable. "